loading

Content

Max Spring, Berne

Le phénomène du Postcrossing

A l’heure de Snapchat, de WhatsApp et de Facebook, on pourrait penser que la carte postale classique a du plomb dans l’aile. Or une communauté croissante de fans prouve le contraire. Le Postcrossing est un phénomène international.

Il est vrai que cette dernière tendance de communication s’articule autour d’un site web, mais celui-ci ne sert qu’à la mise en lien: sur postcrossing.com, l’utilisateur demande une adresse et une Postcard ID, qui lui sont attribués par le site. L’internaute reçoit ensuite l’adresse physique d’un membre choisi au hasard quelque part dans le monde, auquel il envoie alors une vraie carte postale. Dès que celui-ci la reçoit, il enregistre sa réception. Ensuite, l’expéditeur est intégré à la liste d’adresses et reçoit à son tour une carte postale. Et ainsi de suite. Une fois que l’on fait partie du système, on reçoit régulièrement du courrier des coins les plus reculés de la planète.
L’idée a été lancée en 2005 par un amateur de cartes postales portugais. Après trois ans déjà, la millionième carte postale a été enregistrée. Aujourd’hui, la communauté compte plus de 600 000 membres dans plus de 200 pays.

Ornés de dessins dans le style de la bande dessinée, les trois timbres spéciaux illustrent la communication des Helvètes avec le monde au moyen de la carte postale.

C’est la Russie qui, avec plus de 80 000 membres, se place en tête du classement des pays. A l’autre bout de l’échelle, on trouve par exemple les Tuvalu, avec deux membres, ou la Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui ne compte qu’un seul membre. Avec 2855 membres et 323 463 cartes postales envoyées, la Suisse occupe la 32e place.

Jürg Freudiger

Concours

S’enregistrer maintenant sur postcrossing.com, envoyer une carte postale de Suisse, et avec un peu de chance, gagner l’un des 10 bons Postshop d’une valeur de 100 francs avec la série de timbres «Postcrossing»!

Conditions de participation