loading

Content

«J’ai douze ans et je collectionne les timbres»

Tandis que ses amis du même âge jouent à la Playstation ou surfent sur la Toile, Neel Maurer préfère consacrer son temps libre à collectionner des timbres. Accompagnés de l’illustrateur du timbre «50 ans de l’alunissage de l’homme», nous avons passé un après-midi avec le jeune philatéliste.

Il est rare, de nos jours, que les jeunes se passionnent pour la philatélie. Il est donc d’autant plus étonnant qu’un garçon de douze ans décide de collectionner des timbres. Lorsqu’on le questionne sur ce qui le motive, la réponse de Neel Maurer fuse: «J’aime les timbres, tout simplement. Ce qui me fascine le plus, c’est la précision avec laquelle ces si petits objets sont conçus.» Une fascination qui fait de lui l’un des plus jeunes philatélistes de Suisse.

La philatélie n’est pas un jeu d’enfant

À l’aide d’une boîte de collecte de timbres qu’il a construite lui-même et placée dans le cabinet vétérinaire de son père, Neel est rapidement parvenu à constituer sa collection: «Ma boîte aux lettres est pleine à craquer. Certaines personnes y ont même déposé des albums entiers.» Il lui faut à présent examiner et trier ces quelque 2000 timbres, tâche en vue de laquelle il est en train d’acquérir de nombreuses connaissances en autodidacte. Benel Kallen, responsable Gestion des produits Timbres-poste et philatélie de la Poste, profite de notre visite pour le soutenir dans sa démarche et lui indiquer lesquels de ses timbres peuvent prendre de la valeur dans les années à venir. Selon Neel, les jeunes collectionneurs sont généralement volontiers épaulés par la communauté des philatélistes: «Lors des réunions de collectionneurs, je suis toujours de loin le plus jeune et j’obtiens souvent des timbres à un prix d’ami.» Les philatélistes plus âgés trouvent cela génial que je collectionne des timbres.»

Un art méticuleux, de près comme de loin

Les timbres suscitent des expériences particulières car ils font appel à nos sens, abordent des sujets de société et séduisent par leur aspect esthétique. Leur processus de création est souvent aussi fascinant que le résultat lui-même. À titre d’exemple, Jwan Reber a dû réinterpréter le sujet «50 ans de l’alunissage de l’homme» pour des raisons de droits de reproduction. Lors de notre visite, il montre à Neel comment il a retravaillé ses esquisses au crayon à l’aide de son ordinateur. Grâce à tous ces encouragements précoces, il est bien possible que Neel fasse un jour le bonheur de la Suisse en proposant son propre motif de timbre-poste.

Texte: Sandra Gurtner, photo: Lena Schläppi

Jeunes philatélistes de Suisse

D’après la Fédération des Sociétés Philatéliques Suisses, la Suisse compte actuellement près de 4000 philatélistes enregistrés. Au vu de l’effervescence observée lors des ventes aux enchères et des bourses de collectionneurs, ce chiffre pourrait toutefois s’avérer sensiblement plus élevé. Le nombre de philatélistes de moins de
50 ans est cependant très faible. C’est pourquoi la FSPhS s’engage à promouvoir la relève, par exemple en fournissant de la documentation au corps enseignant ou en organisant l’exposition nationale de philatélie, Philatelica’19, qui se tiendra à Bulle du 28 novembre au 1er décembre 2019.