loading

Content

L’art du minimalisme

Pour les quatre timbres-poste spéciaux «Animaux du monde», nous avons pu nous adjoindre les services d’un créateur d’affiches à la renommée internationale. Claude Kuhn est un maître de la réduction à l’essentiel et des couleurs percutantes.

Après une formation éclectique, Claude Kuhn (né en 1948) a été pendant 40 ans graphiste, directeur artistique et commissaire d’exposition au musée d’histoire naturelle de Berne. Pendant cette période, il a aussi travaillé en indépendant, faisant notamment fureur avec ses affiches de sport (notamment de boxe et d’escrime). Les travaux de Claude Kuhn sont régulièrement exposés dans le monde entier. La liste des distinctions et prix qu’il a reçus est impressionnante. À titre personnel, il se dit particulièrement fier de ceux qu’il a gagnés lors de différentes triennales internationales de l’affiche. Le fait d’avoir été nommé «artiste sportif de l’année» en 1992 l’a également empli de joie.

Les sujets des timbres spéciaux représentent des animaux exotiques du monde entier, traduits dans le langage visuel si typique, marquant et surprenant de l’artiste. L’ellipse est ici l’élément qui relie le tout. Elle symbolise, pour le suricate, un terrier et des nuages, pour le flamant rose une flaque d’eau, pour la girafe la couronne d’un arbre et pour le zèbre, la steppe et son crottin – en or bien entendu, car il s’agit d’un «zèbre aux crottins d’or».

Jürg Freudiger

Entretien avec Claude Kuhn

Monsieur Kuhn, en tant que créateur d’affiches, quel effet cela vous a-t-il fait de travailler sur un format aussi petit que celui d’un timbre-poste?

La création d’un timbre n’est pas fondamentalement différente de celle d’une affiche. Étant donné que j’aime réduire mes motifs à l’essentiel, en supprimant tout ce qui est superflu, ce travail ne m’a pas paru trop difficile. Vous savez, une affiche doit fonctionner au format timbre-poste et vice versa! Certes, la distance de lecture est réduite, mais il ne faut pas avoir à sortir sa loupe. En effet, on reconnaît votre style au premier coup d’œil.

Hormis la réduction à l’essentiel, quels éléments stylistiques aimez-vous manier?

Le traitement des couleurs fait aussi partie de ma griffe. Ce n’est pas parce qu’un zèbre vit dans la steppe qu’il faut obligatoirement utiliser des tons bruns. Le gris, à mi-chemin entre le blanc et le noir, convient très bien aussi. Et l’ellipse sert ici de fil rouge.

Qui souhaitez-vous toucher avec vos timbres?

Tout le monde! Je pense qu’une bonne image doit parler à tous, aux enfants comme aux personnes âgées. C’est mon credo. Naturellement, les animaux se prêtent très bien à cela, et les couleurs aussi.

L’animal en moi Quelle est la part animale de l’être humain? Et qu’est-ce qui fait la particularité de l’animal? Qui peut prétendre au titre de créature suprême de la création? Une exposition au Dählhölzli et au Parc aux ours de Berne traite de ces questions. Le public peut y découvrir des histoires sur les déjections canines et la presse quotidienne, les nageoires des canards et l’antigel, les dents des castors et les dentiers ainsi que sur le sommeil des léopards et le coaching pour mieux dormir. Le Parc zoologique de Berne sort ainsi des sentiers battus, car les parallèles qu’il tire sont à la fois surprenants, décalés, humoristiques et inspirants – tout simplement bestiaux! Un projet de Claude Kuhn, Simon Haller (Expoforum) et du Parc zoologique de Berne Jusqu’au 31 décembre 2019, tierpark-bern.ch