loading

Content

Un empereur à Bâle

Le 11 octobre 1019, un édifice religieux fut consacré à Bâle: la «cathédrale ottonienne». De nombreux évêques firent le déplacement pour l’occasion, tout comme le donateur de l’église, l’empereur Henri II.

Un timbre spécial composé autour de la figure d’Henri II célèbre les mille ans de l’édifice. Il s’inspire d’une photographie de la statue de l’empereur située sur le portail principal de la cathédrale actuelle et datant du XIIIe siècle. À gauche de l’image, on aperçoit le bâtiment financé par Henri. Il s’agit là d’une reconstruction basée sur les résultats de la recherche architecturale contemporaine. De la cathédrale ottonienne elle-même, seules quelques parties en pierre claire sont encore visibles de nos jours sur la tour Saint-Georges. À l’arrière-plan du timbre se trouve un dessin. Il représente les tours de la façade ouest de l’actuelle cathédrale, reconstruites dans un style gothique après le tremblement de terre de 1356. La feuille miniature s’orne de tuiles plates telles qu’on en trouve sur le toit de la cathédrale. Le motif en losange est typique des toits du Moyen Âge. Outre les nombreuses activités consacrées aux 1000 ans de la cathédrale de Bâle, on prévoit la parution prochaine d’une monographie complète sur la construction de l’édifice.

Jürg Freudiger

Feuille miniature de 8 timbres

Qui était l’empereur Henri II?

Henri II vécut de 973 (ou 978) à 1024. En 1014, il fut couronné empereur et sa femme Cunégonde de Luxembourg impératrice par le pape Benoît VIII à Rome. À cette occasion, le pape lui remit une sphère d’or ornée d’une croix: il s’agit là du plus ancien «orbe crucigère» connu. Le couple formé par Henri et Cunégonde étant demeuré sans descendance, Henri fut le dernier empereur de la dynastie des Ottoniens. Après s’être vu léguer Bâle par Rodolphe III, roi de Bourgogne, Henri II apporta son soutien à la ville qui comptait alors près de 2000 habitants. Il l’intégra au Saint-Empire romain germanique et la dota de terres et de biens ainsi que d’objets liturgiques.