loading

Content

Du rail à l’eau

Saviez-vous que l’on pouvait charger un train sur un bateau? Cette forme de transport a longtemps existé sur le lac de Constance. Et la ligne ferroviaire longeant le lac jouait à cet égard un rôle décisif. Le jubilé «150 ans du ferry et de la ligne ferroviaire lacustre» marque donc un double anniversaire.

Le premier tronçon de la ligne ferroviaire menant de Romanshorn à Rorschach a été inauguré en 1869; au même moment débutait le transport de wagons par bateau, qui reliait Romanshorn à Friedrichshafen et Lindau. Ainsi, des connexions transfrontalières ont vu le jour, qui transportaient essentiellement des céréales et d’autres marchandises. Le transport de trains par bateau s’est maintenu – hormis quelques interruptions pendant les guerres mondiales – jusqu’en 1976! S’il est vrai que ce moyen de transport coûtait deux fois plus cher que le train sur la terre ferme, il était aussi deux fois plus rapide.

La ligne de chemin de fer longeant le lac existe toujours. Il s’agit encore de l’artère vitale de la région et elle a même été étendue lors du dernier changement d’horaire des CFF.

Les anniversaires de la ligne ferroviaire lacustre et du ferry seront célébrés à plusieurs endroits autour du lac de Constance le premier week-end de mai 2019. Il y aura aussi, bien sûr, de nombreuses courses spéciales en train et en bateau.

Le timbre spécial à un franc représente le ferry qui transportait les wagons. La valeur de taxe 150 illustre la coexistence actuelle de la compagnie de navigation du lac de Constance et de la ligne ferroviaire régionale Thurbo.

Jürg Freudiger

Chargement du «MF Schussen», 1949. © Walter Schön, Konolfingen BE

À la fête du port de Romanshorn (4 et 5 mai 2019), une filiale spéciale de la Poste attend le public dans un ancien wagon des ambulants: elle proposera bien sûr un cachet spécial. La filiale sera ouverte de 10 à 18 heures. Le samedi, le créateur Willi Spirig sera présent de 14 à 16 heures. Vous trouverez des informations détaillées à ce sujet dans le PhilaNews nº 4/2019 et dans l’édition en ligne de La Loupe.